La ville analogique

En 2018, j’ai commencé à réfléchir à une idée d’essai sur la ville et le numérique. Le titre est venu presque en premier. La ville analogique. Et c’est AUJOURD’HUI que le livre sort en librairie !


Vous irez lire si ça vous parle : j’y fais un plaidoyer pour une vie numérique recalibrée par des milieux de vie qui offrent une expérience inverse, plus lente, intime et tangible, et surtout en mesure de tolérer les erreurs et favoriser l’expérimentation. Les contacts de personne à personne continuent d’être riches en apprentissages et constituent un complément essentiel à l’espace public virtuel, s’il fallait encore s’en convaincre.


Cet essai, c’est beaucoup de 5 à 7 (ceux du petit matin), plein de chantiers de recherche à approfondir dans les années à venir, et beaucoup beaucoup d’amour pour les miens logé dans tous les recoins d’un petit texte que j’aurais pu déplier trois ou quatre fois encore.


Jeanne Joly en a fait les illustrations. Je ne suis pas peu fier de savoir que les pages magnifiquement illustrées par ma chère amie se collent aux miennes quand on referme le livre.


Merci à Atelier 10 et à Nicolas de m’avoir offert la chance de me lancer dans le monde des essayistes. Un merci spécial à mon éditrice Vanessa Allnutt qui a veillé à ce que mes explorations restent fermement attachées les unes aux autres.


Au plaisir de vous voir en chair et en os,

G


G